Réseau CourtaPro.ch

Le guide pratique du développement personnel et de la réalisation de soi

Mon-developpement-personnel.ch

Accueil Accueil
Le développement personnel > Le développement personnel >
1- Evoluer vers le simple > 1- Evoluer vers le simple >
2- Evoluer vers l'authenticité > 2- Evoluer vers l'authenticité >
3- En quête de l'Ultime > 3- En quête de l'Ultime >
4- Désir d'infini > 4- Désir d'infini >
5- L'Homme à la Barre > 5- L'Homme à la Barre >
6- Vivre plus heureux > 6- Vivre plus heureux >
Ma carte du monde > Ma carte du monde >
Téléchargez nos guides



 

Ce texte vous intéresse ?
Il est contenu dans le guide gratuit: "Vivre plus heureux, c'est possible"

Comment mieux surmonter les difficultés en les utilisant à votre avantage

Né en 1959 - Mort en 2001 -enterré en 2007!

Un homme, en vacances sur une île du Pacifique, eut envie de faire une balade en mer. Avec quelques amis, il s'embarqua et se dirigea vers le large. Comme beaucoup d'îles, celle-ci était entourée d'un récif formant un magnifique lagon aux eaux calmes et poissonneuses. Le bateau étant arrivé au récif, notre homme fut intrigué par un fait apparemment contradictoire. Les coraux placés à l'extérieur du récif, donc en contact permanent avec les vagues et les courants, avaient de magnifiques couleurs et paraissaient en excellente santé. Par contre, les coraux à l'intérieur du lagon, continuellement baignés par des eaux calmes avaient perdu toutes leurs belles couleurs et semblaient morts.

Pour beaucoup, une vie heureuse est synonyme de circonstances favorables: santé, prospérité, amour... Notre civilisation moderne est marquée par la recherche de la facilité et du confort. Chaque jour, de nouveaux gadgets et appareils font leur apparition sur le marché pour nous libérer d'un effort ainsi devenu superflu. Les gens les achètent parce qu'ils espèrent vivre plus confortablement et plus facilement. Les problèmes et la souffrance auxquels les circonstances nous confrontent sont perçus comme anormaux. Tout doit être entrepris pour les éliminer. Généralement, l'État est le mieux placé pour prendre en main la situation. Le citoyen moderne attend tout ou presque de l'État-Providence. C'est normal, ne lui donne-t-il pas une part non négligeable de ses revenus? C'est à lui de créer les conditions optimales pour que les individus puissent profiter de leurs nombreux droits et privilèges. Ne sommes-nous pas devenus des assistés?

De quel côté du récif de la vie sommes-nous situés? Vivons-nous dans un petit cocon bien douillet? Ou les vagues de la vie nous heurtent-elles sans relâche? Qu'écrira-t-on sur votre pierre tombale? Né en 1959 - Mort en 2001 - Enterré en 2007?

Lorsque l'homme a cessé de lutter, il est mort, même s'il n'est pas encore enterré.

La face cachée de nos problèmes

Nos problèmes ont toujours une face cachée. Dès qu'ils surviennent dans notre vie, nous ne voyons plus que les désagréments et les conséquences pénibles. C'est le côté visible pour tout le monde. Pourtant, leur face cachée est plus intéressante. Seulement voilà, peu s'en rendent compte pour en tirer profit.

La vie s'épanouit pleinement lorsqu'elle s'organise et se structure dans le but de s'adapter aux agressions extérieures. À chaque situation nouvelle, l'organisme improvise automatiquement un moyen d'y faire face. Son objectif est de rendre maximum sa durée. Au lieu d'user nos organes, les agressions extérieures les fortifient. Les activités physiologiques et mentales s'améliorent par l'usage et l'effort. C'est la face cachée. L'absence d'effort et la vie trop facile affaiblissent l'organisme et le rend plus vulnérable aux agressions inévitables. Les vaccins ne sont pas des médicaments, mais des substances qui contiennent des microbes affaiblis de la maladie. Ce principe révolutionnaire, découvert par Pasteur dans sa lutte contre la maladie du charbon et la rage, illustre une vérité contradictoire. Le vaccin ne lutte pas directement contre la maladie, mais les microbes affaiblis poussent l'organisme à réagir et à produire des anticorps spécifiques. Une nouvelle infection trouvera un organisme immunisé déjà prêt à lutter efficacement. Dans la vie, les expériences difficiles, voire pénibles, jouent le rôle du vaccin. Notre personnalité se fortifie et s'immunise progressivement. Les problèmes qui autrefois nous bouleversaient sont maintenant réglés rapidement. Nos forces et notre attention sont alors à même de se fixer sur d'autres questions nouvelles.

La recherche de la facilité à tout prix, le refus de l'effort volontaire, l'oisiveté et la pauvreté de l'exercice intellectuel font de l'homme moderne une citrouille au ventre mou, belle apparence, mais creuse à l'intérieur. La moindre difficulté plonge un tel homme dans la détresse et la crainte.

«Ce que beaucoup cherchent, de nos jours, c'est un port tranquille pour y jeter l'ancre. Or, notre rôle n'est pas de toujours nous dire comment nous serions si... si la situation était autre, si l'on avait ceci ou cela, si certaines choses étaient comme autrefois, etc... mais de triompher des circonstances telles qu'elles se présentent aujourd'hui.

Ce ne sont pas les faveurs du sort, mais bien ses coups qui forgent l'homme» (Emile Oesch).

Les épreuves fortifient notre foi

«Réjouissez-vous, même s'il faut que, maintenant, vous soyez attristés pour un peu de temps par toutes sortes d'épreuves. Celles-ci servent à éprouver la valeur de votre foi.

L'or est destiné à disparaître, pourtant il est éprouvé par le feu; de même votre foi, beaucoup plus précieuse que l'or, est mise à l'épreuve afin de prouver sa solidité. Et ainsi, vous pourrez recevoir louange, gloire et honneur quand Jésus-Christ apparaîtra» (1 Pierre 1:6-7).

Lorsque les astronautes reviennent sur terre après un long séjour dans l'espace, ils n'arrivent pas tout de suite à marcher. Leurs muscles, malgré les exercices très sérieux effectués dans le vaisseau, se sont détendus et manquent de puissance. De même, l'alimentation en pilules adoptée au début de l'exploration spatiale a été abandonnée au profit d'aliments lyophilisés. L'estomac a besoin de matières ayant un certain volume pour continuer de bien fonctionner.

Une foi peu sollicitée par les difficultés et les besoins, à l'image des muscles, perd rapidement de sa puissance et de son dynamisme. Le croyant s'endort et se réveille rempli de doutes. Toutes les biographies de chrétiens connus démontrent que seule une foi maintes fois éprouvée grandit et se fortifie. On peut se gargariser de toutes sortes de bonnes idées sur Dieu en lisant des livres, mais rien ne remplacera l'expérience de la fidèle bonté de notre Père, quand nous sommes tenaillés par la nécessité.

«Mon Dieu, je te demande deux faveurs. Accorde-les-moi jusqu'à la fin de ma vie. Empêche-moi de tromper les autres et ne me laisse pas devenir trop pauvre ou trop riche. Donne-moi juste ce dont j'ai besoin pour vivre. Si je possède trop, je risque de te trahir en disant: À quoi Dieu sert-il? Si j'ai trop peu, je risque de voler et de déshonorer ainsi mon Dieu» (Proverbes 30:7-9). Ce passage biblique illustre un principe important de la vie spirituelle. Avoir tous ses désirs satisfaits au fur et à mesure et sans effort amène un relâchement dans notre relation avec Dieu. À quoi Dieu me sert-il? Je suis autonome. De même, une extrême nécessité durable décourage le croyant et le pousse à améliorer sa situation sans
Dieu. Les épreuves de la vie nous interpellent sur notre relation avec Dieu. Sommes-nous encore dépendants de lui?

Après la pluie, le beau temps!

Lorsque j'étais adolescent, je vivais au bord du lac. Une année, il n'a pas plu pendant au moins trois mois. C'est extrêmement rare en Suisse. L'été commençait. Tout le monde était content... au début. Les écoles étaient en congé de chaleur. Je profitais de faire de la voile. Quelques semaines passèrent ainsi dans la bonne humeur et la joie de vivre. Puis les médias se mirent à tirer la sonnette d'alarme. Certaines communes manquaient d'eau. Les agriculteurs et les vignerons s'inquiétaient. Un mois passa encore sans pluie. C'était la catastrophe. Les gazons jaunissaient, les gens ne dormaient plus la nuit. Les ventilateurs étaient introuvables. Deux ou trois ans plus tard, ce fut l'inverse. Le printemps fut épouvantable. Pendant deux mois, il pleuvait tous les jours durant des heures. Les gens étaient de mauvaise humeur. Les paysans s'embourbaient avec leur tracteur dans les champs détrempés. C'était la catastrophe.

«Il y a un temps pour naître et un temps pour mourir; un temps pour démolir et un temps pour construire. Il y a un temps pour pleurer et un temps pour rire; un temps pour chercher et un temps pour perdre...» (Ecclésiaste 3:1-8). C'est l'alternance de la pluie et du beau temps, des circonstances favorables et adverses qui enrichit et donne de la saveur à la vie. L'uniformité crée la fadeur et l'ennui. Tout obtenir de la vie sans difficulté et sans effort enlève le désir et l'envie. Tout devient anodin et sans saveur. Seule l'alternance rend la vie intéressante.

De plus l'alternance a encore un point très positif: si cela va mal aujourd'hui, il y a des chances que cela aille mieux demain. Après la pluie, le beau temps!

Les principales causes de nos problèmes


L'homme récolte toujours ce qu'il a semé. La majorité de nos difficultés ne viennent pas d'ailleurs, mais de nous. Nous sommes notre principale source de problèmes. C'est peut-être dur à admettre, mais c'est la vérité. Penser que nos problèmes viennent du gouvernement, de notre conjoint, de nos collègues, c'est vivre dans une illusion trompeuse. Elle fait écran aux véritables causes et ainsi nous empêche de trouver la solution.

La principale cause de nos problèmes est un manque d'harmonie avec Dieu, avec soi-même et autrui. En définitive, tout dépend de notre relation avec le Seigneur. Si cette relation est interrompue par le péché, l'harmonie avec soi-même et autrui en sera sensiblement altérée. Tout faire pour développer cette triple harmonie contribuera grandement à empêcher les petites difficultés de devenir de véritables crises.

Une autre source de problèmes est notre fragilité humaine. Nous ne sommes pas faits en béton. Notre corps et notre système nerveux sont à la fois résistants et fragiles. Nos possibilités sont limitées, nos qualités toujours inséparables de nos faiblesses. La maladie, la souffrance sont le sort commun à tous les hommes. Rappelons-nous que cette fragilité naturelle peut être aggravée par nos transgressions des lois de la vie. Beaucoup de maladies ont trouvé un terrain favorable à cause de nos inconséquences. Les médecins pensent que chaque individu rencontre une quantité de microbes et de virus capables de développer des maladies, mais ne les contracte pas à cause de ses défenses naturelles. Celle-ci peuvent être affaiblies par un mauvais comportement et des pensées négatives. L'individu devient alors vulnérable au premier virus qui passe par là.

Enfin, viennent les circonstances. La plupart des gens les mettraient en premier sur la liste. Il est tellement plus facile de croire que le problème, ce sont les autres ou les circonstances, alors qu'il se trouve en nous. Mais c'est vrai, certaines circonstances surviennent sans influence de notre part. Toutefois, nous avons vu que c'est notre perception de la situation qui est déterminante, pas l'événement.

Mon objectif dans ces paragraphes n'a pas été d'accabler le lecteur sous un fardeau trop pesant. Ma raison est beaucoup plus positive. Tant que nous croyons que la solution à nos problèmes se trouve chez les autres, nous ne ferons pas grand chose pour que cela change, si ce n'est nous plaindre et revendiquer. Si par contre, nous prenons nos responsabilités en décidant de résoudre le problème en commençant par nous-mêmes, sans attendre que les autres le fassent à notre place, alors beaucoup de choses changeront.

Comment mieux surmonter les difficultés
 
Cultivez un terrain réfractaire aux problèmes

Tout le monde a des problèmes. C'est un lieu commun. Mais malgré cela beaucoup pensent qu'il est anormal d'avoir des difficultés. Chez certains, un petit incident de parcours tourne à la catastrophe. Ils se sentent menacés. Tout est monté en épingle. Pourquoi? Leur terrain intérieur permet l'enracinement et la croissance des petites difficultés. Elles grandissent et encombrent tout le champ de leur esprit. Le manque d'harmonie avec Dieu, avec soi-même et autrui est un tel terrain. N'importe quoi y pousse facilement, surtout les mauvaises herbes. Cultivez l'harmonie et votre terrain sera réfractaire à la croissance des petites difficultés qui surviennent.

Regardez vos problèmes dans une juste perspective

II y a deux sortes de problèmes: ceux que l'on peut résoudre et les autres. Il est donc important de les identifier, parce que notre réaction ne sera pas la même.

Dans un premier temps, nous allons chercher à résoudre tous nos problèmes. Avec un peu de réflexion et d'effort, une grande partie de ceux-ci aurons un épilogue satisfaisant. Dans un second temps, il faudra nous adapter le mieux possible à ceux qui résistent à nos efforts, ce qui n'est pas une résignation fataliste, mais une acceptation dynamique. Cherchons la face cachée du problème. Dans chaque problème, il y a quelque chose de bon à prendre.

Nous apprenons davantage sur nous-mêmes et les autres quand cela va mal que lorsque tout est pour le mieux.

Rien n'arrive sans la permission de Dieu

Abraham âgé de soixante-quinze ans reçut la promesse de Dieu qu'il aurait un héritier. Il dut attendre vingt-cinq ans pour voir l'accomplissement de la promesse du Seigneur. Lorsqu'Isaac était jeune, Dieu dit à Abraham: «Prends ton fils, Isaac, ton fils unique que tu aimes tant, va dans le pays de Morija, sur une montagne que je t'indiquerai et là offre-le-moi en sacrifice» (Genèse 22:2). Comment? Dieu changerait-il d'avis? Il est facile d'imaginer la souffrance et la perplexité de ce père. S'est-il assis en disant à Dieu: «Je ne bouge pas jusqu'à ce que tu m'aies expliqué tes raisons. C'est à prendre ou à laisser». Non, face à l'épreuve, Abraham ne s'arrête pas mais va de l'avant et obéit. Il estimait que Dieu le mettait à l'épreuve et qu'il avait le pouvoir de ramener son fils de la mort à la vie (Hébreux 11:17-19). Quelle confiance dans la souveraineté et l'amour de Dieu!

Face à l'épreuve, que faisons-nous le plus souvent? Nous discutons et demandons des comptes à Dieu. Si la réponse ne vient pas, nous nous arrêtons dans notre vie spirituelle en pensant que c'est au Seigneur de faire le premier pas. Abraham a maintenu sa confiance en ce Dieu si incompréhensible. Il a continué de marcher avec lui, étant persuadé qu'un jour il comprendrait le sens de son épreuve. Nous connaissons la suite. Dieu a arrêté la main d'Abraham au dernier instant. Toute la descendance du père des croyants est bénie grâce à son obéissance.

Dieu avait un plan incompréhensible pour Joseph et Abraham. Il en a aussi un pour chacun de nous. Toutes nos circonstances sont en son pouvoir. Si nous lui avons confié nos vies, rien n'arrivera sans sa permission. La seule façon de vivre au mieux ces temps d'adversité est de renoncer à nos droits de propriétaire sur notre existence. Souvent, nous sommes responsables directement ou indirectement des problèmes qui surviennent. Par contre, c'est Dieu qui connaît la solution. «Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car il prend soin de vous» (1 Pierre 5:7). Il a le pouvoir de changer le mal en bien. Dès le moment ou vous avez abandonné vos soucis à Dieu, ce n'est plus votre problème, mais le sien.

Reprenez l'initiative en refusant la résignation

Lorsque l'épreuve est là, nous sommes souvent plongés dans une sorte de torpeur et d'inertie paralysantes. Nous n'avons plus rien envie de faire pour nous sortir de cette situation. Cela peut durer longtemps et entraîner toutes sortes de troubles tels la dépression, la mélancolie, le dégoût de la vie... Quand nous sentons que nous nous embourbons dans le marécage du découragement et de la lassitude, les mots bienveillants de nos proches ne suffisent plus. Nous n'avons plus envie de réagir. Que faire?

 «Dieu agit continuellement parmi vous pour vous rendre capables de vouloir et d'accomplir ce qui est conforme à son propre plan» (Philippiens 2:13). Ce texte biblique contient la solution. Quand nous n'avons plus le courage, ni envie même de nous en sortir, la lassitude ayant enlevé toutes nos forces, il n'y a qu'une chose à faire et c'est très efficace: le dire à Dieu. «Seigneur, je n'en peux plus. Je n'ai plus la force d'affronter la vie, mais surtout je n'ai plus envie de lutter. Ma volonté même est défaillante. Viens à mon secours, crée en moi la capacité de vouloir ce que je ne veux pas et la force de faire ce que je ne puis accomplir». Ce genre de prière est toujours exaucée. Pourquoi? Souvent c'est le Seigneur lui-même qui nous a amenés à ce point où tout semble s'écrouler autour de nous, la volonté même de continuer nous manquant. Jésus nous dit alors: «Ma grâce est tout ce dont tu as besoin, car ma puissance manifeste pleinement ses effets quand tu es faible» (2 Corinthiens 12:9).

Lorsque j'étais un chrétien «tout neuf», je suis allé vers celui qui m'avait amené à Christ pour me plaindre amèrement de tous mes malheurs. À chaque problème que j'énumérai, mon père spirituel disait: «Tant mieux». Après quelques paroles de ce genre, je m'arrêtai et lui demandai pourquoi il me répondait ainsi. Il cita le passage biblique ci-dessus. Cela me surprit beaucoup. Aujourd'hui, je comprends mieux. Oui, tant mieux si cela va mal, si les autres ne me comprennent pas toujours, si mes projets s'écroulent, Dieu veut m'amener à prendre conscience de ma totale dépendance de lui.

Cette attitude n'est pas de la résignation, mais de l'acceptation. Elle prépare le terrain pour reprendre l'initiative du combat.

Les problèmes sont de bonnes occasions qui se présentent en vêtements de travail (Napoléon Hill)

Prendre conscience de la nature et des causes de nos problèmes, puis tout entreprendre pour les surmonter est une chose. Mais l'opération est nulle. En effet, nous aurons seulement pu rétablir ou presque la situation d'avant, sans rien retirer de tangible. Cela n'est pas satisfaisant.

Un inconvénient est une occasion que personne n'a saisie

Un paysan allemand exploitait une carrière sur ses terres. Lorsqu’elle fut fermée, notre homme ne se résigna pas. Il la mit à disposition de la commune contre location pour en faire une décharge publique. Cela dura plusieurs années jusqu'à ce que le trou fût comblé. Qu'allait-il en faire? Le terrain gorgé de toutes sortes de matières toxiques interdisait toute culture. Après quelques études, notre ingénieux paysan construisit une petite centrale pour exploiter le gaz provenant de la décomposition des matières organiques de sa décharge. Avec cette énergie, il put répondre à presque tous les besoins de sa ferme sans qu'il lui en coûte un centime autre que la mise de fonds du départ.

Toute adversité est une bénédiction déguisée (N. Hill)

II suffit de la découvrir. La majorité des inventions qui ont révolutionné notre vie quotidienne sont parties d'un problème qu'il a fallu résoudre.

La plupart des hommes voient dans les difficultés un mur qui les arrête, quelques-uns les utilisent comme tremplin pour faire avancer l'humanité.

À plusieurs reprises déjà, j'ai souligné ce principe capital: notre bonheur dépend moins des circonstances que de la manière de les percevoir, donc de les mettre à profit. Cherchez l'idée qui transformera un inconvénient en avantage. Car alors seulement, l'opération sera positive. Vous n'aurez pas seulement compensé les conséquences négatives d'un problème, mais vous l'aurez transformé à votre avantage. Cette perspective n'est-elle pas enthousiasmante?

Principes à méditer: Comment utiliser les problèmes à votre avantage.

1.  Notre civilisation moderne est régie par la recherche de la facilité et du confort. Lorsque l'homme cesse de lutter, il est mort, même s'il n'est pas encore enterré.

2.  Les activités physiologiques et mentales s'améliorent par l'usage et l'effort. Les expérience difficiles fortifient notre personnalité et nous immunisent progressivement.

3.  Les épreuves fortifient notre foi en l'exerçant. De plus, elles développent une relation plus intense avec Dieu. Elles nous interpellent sur la réalité de notre communion spirituelle.

4.  Après la pluie... le beau temps. L'alternance des circonstances favorables et adverses enrichit et donne de la saveur à la vie. L'uniformité crée la fadeur et l'ennui.

5.  Nous sommes la source principale de nos problèmes. Ils sont souvent les conséquences d'un manque d'harmonie avec Dieu, avec soi-même ou autrui. Notre fragilité humaine et les circonstances ont aussi une influence. Mais en définitive, nous sommes responsables et ne pouvons pas reporter la faute sur les autres, si cela ne va pas aussi bien que nous l'espérions.

6.  Cultivez un terrain réfractaire au développement des problèmes en prenant soin de votre harmonie avec Dieu, avec vous-mêmes et les autres. Placez vos problèmes dans une juste perspective. Rien n'arrive sans la permission de Dieu. Peut-être vous dit-il: «Ma grâce est tout ce dont tu as besoin, car ma puissance manifeste pleinement ses effets quand tu es faible».

7. Les problèmes sont de bonnes occasions qui se présentent en tenue de travail. Cherchez la face cachée de toute difficulté. Utilisez-la à votre avantage. Pour certains, les difficultés sont un mur qui les arrête, pour d'autres elles sont un tremplin pour aller plus loin dans la vie.

Questions pour réfléchir seul ou en groupe

1.   Comment réagissez-vous le plus souvent quand une difficulté survient? Avez-vous tendance à rendre Dieu ou les autres responsables? Vous arrêtez-vous comme paralysé ou continuez-vous d'aller de l'avant sans tout comprendre? Quelle est l'attitude la plus efficace?

2.   Quand tout va parfaitement bien, sans accrocs, que ressentez-vous? Si cela durait toute la vie, ne deviendrait-elle pas ennuyeuse?

3.  Jusqu'à maintenant, comment considériez-vous vos problèmes? Comme un mur ou comme un tremplin? Arrivez-vous parfois à exploiter leur face cachée? Ou en restez-vous toujours à leur face visible désagréable?

 
< Précédent   Suivant >
La réalisation de soi

Mieux se connaître pour réussir sa vie
Tous nous cherchons le bonheur au sein des tracas de la vie, de ses exigences, des attentes des autres.
Pourtant, une existence humaine se construit année après année. Des buts sont nécessaires, ainsi qu'un chemin possible pour atteindre la réalisation de soi.
Voici quatre guides (e-books en téléchargement gratuit) pour vous accompagner dans votre développement personnel:
1. Évoluer vers le simple : Comment gérer ses ressources, ses biens extérieurs
2. Évoluer vers l'authenticité : Comment prendre contact avec son être profond
3. En quête de l'Ultime : Comment traverser la crise qui ébranle nos fondations
4. Désir d'infini : Comment s'ouvrir à la plénitude et se dépasser


Thierry Feller

Consultez mon profil
Ce qu'ils en disent :-)

Image Active


Pseudo: thierry.feller