Réseau CourtaPro.ch

Le guide pratique du développement personnel et de la réalisation de soi

Mon-developpement-personnel.ch

Accueil Accueil
Site: Tout-simplement Site: Tout-simplement
Le développement personnel > Le développement personnel >
1- Evoluer vers le simple > 1- Evoluer vers le simple >
2- Evoluer vers l'authenticité > 2- Evoluer vers l'authenticité >
3- En quête de l'Ultime > 3- En quête de l'Ultime >
4- Désir d'infini > 4- Désir d'infini >
5- L'Homme à la Barre > 5- L'Homme à la Barre >
6- Vivre plus heureux > 6- Vivre plus heureux >
Ma carte du monde > Ma carte du monde >
Téléchargez nos guides



 

Ce texte vous intéresse ?
Il est contenu dans le guide gratuit: "Évoluer vers l'authenticité "

Accepter que je ne sois pas que mon Moi

Le Moi n’est pas le centre de l’être que je suis

Le Moi est le centre organisateur de ma vie consciente. Il assure l’unité de la personne que je suis, une personne qui a conscience d’elle-même. Mais le Moi n’a pas conscience de tout ce que je suis, une grande partie de ma vie psychique m’échappe plus ou moins définitivement.

Certaines décisions ou comportements me semblent rationnels et fondés, alors qu’ils sont influencés par ces contenus psychiques inconscients qui œuvrent en arrière-plan de ma vie consciente. D’autres fois, je réagis d’une manière disproportionnée à un incident ou une parole et réalise que quelque chose de profondément enfoui en moi a refait surface, une émotion, une souffrance …

Souvent j’agis pour les autres en pensant que je suis un type bien, un altruiste. Mais en y regardant de plus près, je réalise que je ne suis pas aussi désintéressé que cela: je recherche de la reconnaissance pour me sentir exister et donner un sens à ma vie. Au final, je peux même en arriver à me découvrir égoïste.

Une partie de mon être m’échappe et m’influence à mon corps défendant.

Je réalise que mon être ne s’identifie pas à mon Moi. Mon Moi fait partie de l’être que je suis, mais en moi il y a plus que le Moi.

La difficulté à reconnaître que je ne sois pas que mon Moi

Après avoir découvert, au XVIe siècle, que la terre et l’homme ne sont plus le centre de l’univers, puis au XVIIIe siècle que l’homme est un animal comme les autres, résultat d’un long processus évolutionnaire, l’homme moderne avec Freud et C.G. Jung a découvert que son Moi conscient n’est pas identique au tout de son être. Ces trois découvertes que peu de personnes contestent correspondent à des décentrements successifs et ont profondément bouleversé notre manière de nous représenter notre monde et notre place en son sein.

Une remise en question radicale

La dernière, la mise en valeur d’une partie inconsciente dans notre psychisme qui influence et parfois manipule le Moi conscient est certainement le décentrement le plus radical qui soit et le plus difficile à admettre réellement. On peut même parler d’une véritable résistance naturelle à cette prise en compte.

L’inconscient est un peu comme un trou noir dans l’Univers. Par sa nature même, on ne peut pas le voir, on ne peut que constater indirectement son existence par les effets que le trou noir, à la masse gigantesque, provoque sur les étoiles et les autres corps célestes. L’existence des trous noirs est une déduction rationnelle de comportements étranges de corps célestes.

De même l’inconscient est une réalité déduite de ses interférences sur la vie consciente. On peut parfois au travers de lapsus, d’actes manqués et plus facilement encore par les rêves qui nous ravissent ou nous bouleversent vraiment prendre conscience que notre vie psychique ne se réduit pas à notre vie consciente. Il y a plus, il y a autre chose encore … une sorte de continent inconnu dont nous entendons quelques échos lointains.

Il est intéressant de remarquer que le droit pénal prend en compte le fait qu’une personne puisse, dans certaines circonstances, ne pas être tenue pour responsable de certains actes, qu’en temps normal, elle n’aurait pas commis. On parle alors de folie passagère ou d’une émotion si puissante qu’elle a dominé le sujet si complètement que l’acte commis ne lui est pas imputé. Le droit prend donc en compte le fait que le Moi conscient et rationnel n’est pas la seule explication des actes d’un homme. Il y a quelque chose d’autre.

Je est un étranger

Il est particulièrement confortable et surtout rassurant pour nous de nous représenter comme un sujet humain en pleine possession de tous nos moyens, volonté libre, analyse rationnelle et capacité d’agir. Et pourtant ce n’est pas le cas. Nous sommes aliénés à une partie de notre être, aliéné dans le sens d’être étranger à une partie de notre vie psychique. Prendre vraiment en compte cette réalité ambiguë est une expérience bouleversante et suscite le plus souvent la peur. Nous continuons alors de vivre en nous identifiant à nos rôles sociaux et à notre Moi conscient.

En refusant notre profondeur, nous vivons alors à la surface de nous-mêmes. Nous devenons un mystère pour nous-mêmes. Je est un étranger.

Je ne suis pas que mon MOI, mais alors qui suis-je ?

 
< Précédent   Suivant >
La réalisation de soi


Nouveau site:
Tout-simplement.swiss
En chemin vers l'essentiel ... tout simplement !
Des textes et des vidéos !

Mieux se connaître pour réussir sa vie
Tous nous cherchons le bonheur au sein des tracas de la vie, de ses exigences, des attentes des autres.
Pourtant, une existence humaine se construit année après année. Des buts sont nécessaires, ainsi qu'un chemin possible pour atteindre la réalisation de soi.
Voici quatre guides (e-books en téléchargement gratuit) pour vous accompagner dans votre développement personnel:
1. Évoluer vers le simple : Comment gérer ses ressources, ses biens extérieurs
2. Évoluer vers l'authenticité : Comment prendre contact avec son être profond
3. En quête de l'Ultime : Comment traverser la crise qui ébranle nos fondations
4. Désir d'infini : Comment s'ouvrir à la plénitude et se dépasser


Thierry Feller

Consultez mon profil
Ce qu'ils en disent :-)

Image Active


Pseudo: thierry.feller